Misanthrope 2

Le Misanthrope / compagnie les gOsses (artistes associés)

Qu'est-ce qui pousse Alceste vers Célimène ? Quelle force attractive tire Célimène vers Alceste ?
Ces deux personnages sont des contraires et pourtant, ils s'attirent comme les pôles opposés d'un aimant. La sensualité de l'un épouse celle de l'autre sans que la raison s'en mêle. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point.

Cette sensualité n'est pas décrite par Molière lorsqu'il écrit Le Misanthrope au XVIIème siècle, en 1666 et pourtant elle transpire dans tous les silences, tous les regards, tous les non-dits de ces deux amoureux.
Comment traduire ce qui n'est pas dit par Molière ? Par le corps naturellement, la danse ! Et ce qui paraît révéler le plus le désir, l'éveil des sens, la complexité du couple se trouve dans le tango argentin.

Qu'on le veuille ou non, tout couple est aux prises avec une certaine lutte pour le pouvoir. Si ce combat est mené dans le respect de l'intégrité des personnalités, il peut régner une sorte d'harmonie qui favorise l'épanouissement de chacun des protagonistes.

Alceste et Célimène décideront finalement de ne pas lutter, de ne pas s'essayer à l'amour, par peur de s'y perdre. C'est là leur tragédie.

Distribution

  • Alceste : Gregory GHEZZI
  • Célimène : Marie-Béatrice DARDENNE
  • Philinte, Acaste : Guillaume PAULETTE
  • Eliante, Arsinoé : Marianne WOLFSOHN
  • Oronte, Clitandre, Dubois, un garde de la maréchaussée de France : Stéphane PIASENTIN
  • Mise en scène : Karine DEDEURWAERDER Assistée de Clémence ROCHER
  • Chorégraphie : Jason ROYAL
  • Création lumière : Miguel ACOULON
  • Création costumes : Bertrand SACHY
  • Création décors : Alexandrine ROLLIN, Noémie BOGGIO